Lifestyle, Minimalisme

Bilan 1 an de slow bra

J’avais envie de vous expliquer pourquoi j’ai décidé d’arrêter de porter des soutiens-gorge et vous dresse mon bilan de ma première année de slow bra. Je ne suis pas encore passée au 100% sans soutien-gorge, mais le fait de ne plus en porter 80% du temps, a changé ma vie. Voici mes 10 bonnes raisons de se passer de ce sous-vêtement.

Avant toute chose et comme bien souvent sur mon blog, je précise que je suis là pour faire part de mon vécu, et je ne juge en aucun cas celles qui portent et aiment porter des soutiens-gorge. Heureusement que chacune est libre de ses choix et gestes envers soi-même ! 

POURQUOI J’AI DÉCIDÉ DE RALENTIR LE PORT DU SOUTIEN-GORGE ?

Vous l’avez sans doute remarqué mais je n’ai pas une très grosse poitrine, ce qui facilite sans doute la chose. Néanmoins, j’ai lu de nombreux témoignages de femmes à la poitrine généreuse qui pratiquaient le no bra (arrêt total du port du soutien-gorge) sans problème ou privilégiaient d’autres alternatives, comme les bandeaux et les brassières de sport.

En ce qui me concerne, je ne me suis pas réveillée un matin en me disant « et si je brûlais tous mes soutifs ? ». L’idée a fait son chemin progressivement après avoir démissionné de mon job pour me lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat, en août dernier. Débarrassée d’une première importante pression sociale liée au travail, cela était facile de commencer à ne plus en porter à la maison. Avant même de songer à l’idée en elle-même, il m’arrivait déjà régulièrement de ne pas en porter durant le week-end, lorsque je ne sortais pas.

Et puis, c’est en réalisant le confort de la situation que l’évidence est apparue plus clairement dans ma tête : il faut que j’arrête de porter des soutiens-gorge. Néanmoins dans les faits, ça peut être plus compliqué. Au final, c’est comme tout, perdre une habitude de 15 ans peut prendre du temps.

slow bra

Oui j’ai une marque de bronzage car je ne pratique pas le topless sur la plage, j’enlève le soutif seulement sous mes vêtements. 😉

10 RAISONS DE FAIRE SAUTER LE SOUTIF

SANTÉ. Comme souvent avec les récentes décisions que je prends dans ma vie, celles-ci sont guidées par mon souci de santé. Sur le sujet, les études et les avis divergent mais il semblerait que cela ne soit pas vraiment bon pour le corps.

CONFORT. Effectivement, on ne va pas se mentir, c’est tout simplement inconfortable de porter un soutien-gorge. Sans parler de choisir la bonne taille ou du haut de gamme, cela démange, remonte… Bref, ce n’est pas pour rien que l’une des premières choses que l’on fait en rentrant chez soi est d’enlever son soutien-gorge.

AVOIR UNE BELLE POITRINE. Et oui ! Il parait que le fait de porter des soutiens-gorge contribue aux fameux « gants de toilettes ». Petit cours d’anatomie : la poitrine est composée de ce qu’on appelle « les ligaments de Cooper », des ligaments qui conservent les seins dans une sorte de « filet suspenseur », c’est-à-dire : une sorte de soutien-gorge naturel. Malheureusement, celui-ci, s’il n’est pas utilisé, s’atrophie. Alors que si ces ligaments sont stimulés par la pesanteur, ils se renforcent et améliorent l’élasticité des tissus. Cela fait sens pour moi car le corps s’habitue et ne se fatigue plus à faire le job, c’est pour cela que la peau se relâche. Sans soutif, les seins sont en théorie obligés de tenir tout seuls, comme des grands.

D’ailleurs, une étude de 2013 menée sur 330 jeunes sportives a démontré les bénéfices esthétiques de l’absence de soutien-gorge : les seins se raffermissent, et les mamelons remontent en moyenne de 7 mm en un an : sans soutien-gorge, la poitrine s’embellit et gagne en fermeté ! Cela serait bête de s’en priver.

slow bra soutien-gorge

MINIMALISTE. Toujours en accord avec ma démarche minimaliste et ma garde robe allégée, je supprime petit à petit le superflu. Il va de soi que porter des soutiens-gorge n’est pas indispensable, à l’inverse des chaussures par exemple.

S’ASSUMER TELLE QUE L’ON EST. Arrêter de tricher est une autre raison qui me permet d’être plus en phase avec moi-même. A 27 ans j’assume enfin ma petite poitrine et les moqueries de « planche à pain » du collège ne m’affectent plus. Cet artifice a pour but de nous faire la « poitrine idéale », une poitrine standardisée, pas trop petite, le sein galbé et bien rond. Alors que dans la vraie vie, il existe autant de forme de seins que de femmes. Grâce à ce geste finalement, j’ai réussi à accepter mon corps avec ses défauts.

ÉCONOMIQUE. Cela peut être un argument supplémentaire car en arrêtant de dépenser des fortunes dans des sous-vêtements, on peut miser sur d’autres accessoires de meilleure qualité et privilégier de jolis basiques éthiques.

10 raisons pour se mettre au slow bra. 👙🙅‍♀ Cliquez pour tweeter

ESTHÉTIQUE. C’est bien plus joli surtout pour les hauts à dos nus, épaules dénudées, à bretelles fines etc. Je ne trouve rien de plus vilain que de voir dépasser les bretelles d’un soutien-gorge. L’option bretelles transparentes est encore moins envisageable car elles n’ont de transparent que le nom…

LIBERTÉ. De la liberté tout simplement. Je respire bien mieux, alors qu’avant j’avais souvent le souffle coupé. Il est difficile de faire machine arrière une fois que l’on a goûté au plaisir d’être libre de ses mouvements !

ÉCOLOGIE. Quand on sait que l’industrie textile est parmi les plus polluantes du monde, se passer d’un vêtement ne peut que faire du bien à notre environnement !

ÉGALITÉ. Passer en mode no bra, c’est réaliser brutalement à quel point les femmes sont loin d’être les égales des hommes dans l’espace public. Malheureusement la société patriarcale est incapable de dissocier poitrine et séduction. On sait bien que notre société moderne érotise le corps des femmes, malgré elles, et les contraint à faire attention à ce qu’elles portent pour convenir au regard des autres, au détriment de leur propre confort.

slow bra

A QUAND LE NO BRA ?

Comme évoqué en introduction et malgré les 10 arguments évoqués ci-dessus, il m’arrive encore de porter un soutien-gorge à certaines occasions : mariage, si ma tenue laisse vraiment trop entrevoir ma poitrine et lors de certaines activités sportives. C’est aussi parfois mon homme qui me demande d’en porter lorsqu’on sort et qu’il estime que cela se voit trop. Et même si cela lui convient parfaitement à la maison, mon but n’est pas de le mettre mal à l’aise car pour ma part, je porte de moins en moins d’importance au jugement des autres.

En ce qui concerne le sport, pratiquant depuis peu le yoga que j’ai découvert à Bali, je peux largement me passer de soutien gorge pour cette activité. Je n’ai en revanche jamais testé en situation de jogging par exemple (sans doute parce que je déteste courir !).

La saison peut aussi être plus propice au port du soutien-gorge. Beaucoup de personnes se lancent l’hiver car emmitouflé sous un pull, il y a moins de questions à se poser. Néanmoins, depuis que j’ai commencé cette démarche, je n’ai vécu qu’à peine deux mois d’hiver, ayant passé l’hiver au soleil et j’ai réussi à 80% du temps à ne plus en porter.

Saviez-vous qu’en Scandinavie par exemple, 95 % des femmes n’en portent pas au quotidien, pour des raisons de confort, et parce que socialement, rien ne les y contraint ? Si seulement cela pouvait s’étendre à d’autres pays, la pression sociale s’estomperait progressivement.

LE MOT DE LA FIN

Je m’arrange au maximum pour porter des tenues adéquates, même en été, sans que l’on remarque quoi que ce soit. Mes hauts d’été, ouverts dans le dos par exemple, sont en coton épais et me laissent cette liberté. Lorsque j’aurais besoin d’acheter de nouveaux hauts, je privilégierais cet aspect.

Il me reste encore une petite marge de manoeuvre mais je ne me mets pas la pression. Aujourd’hui je vis très bien comme cela, je considère déjà avoir fait un grand pas par rapport à toutes ces années passées à en porter sans me poser aucune question. A présent je vois le soutien-gorge plus comme un accessoire, que je vais porter dans des occasions spéciales plutôt qu’un indispensable du quotidien.

Et vous ? Êtes-vous une adepte du no bra ou slow bra ? 

raisons slow bra

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le / Enregistrez-le sur Pinterest !

raisons slow bra

Partager sur
Post précédent Post suivant

Psst, ces articles devraient te plaire !

3 petits mots

  • Reply Alex

    J’aime beaucoup ta vision des choses sur le slow bra!
    Moi cela ne fait que trois mois et pourtant je ressent déjà les bienfaits !
    Même si j’aime bien la lingerie pour son aspect esthétique, niveau confort on est tellement mieux sans !

    30 septembre 2018 at 21:58
    • Reply marine

      Je te rejoins sur ce point car ce n’est pas la même chose d’utiliser de la lingerie simplement pour son aspect esthétique de temps en temps que tous les jours sans vraiment en profiter. 😉

      1 octobre 2018 at 08:54
  • Reply Lolli

    Faisant du 95 D , je ne suis pas du tout à l’aise à l’idée de ne pas mettre de soutif en société. Pire, cela est même douloureux une poitrine qui ballote. mais chez moi, le soutif dégage ça c’est certain. C’est très libérateur !

    3 octobre 2018 at 17:02
  • Laisser un petit mot